Getsuyodev, Programming is mainly used when constructing an application. Programming requires knowledge of application domains, algorithms, and programming language expertise. Programming can be developed in different logic based on developer knowledge.

SGBD – SQL Les rôles de SGBD

Système de gestion de base de données



Définitions:

SGBD: Un Système de Gestion de Bases de Données permet de décrire, gérer et sécuriser les données du système d’informations d’une entreprise.

C’est un ensemble de programmes assurant la structuration, le stockage, la mise à jour et la recherche des données.

Il comprend les interfaces nécessaires aux différentes formes d’utilisation des données.

Il se présente sous la forme d’un ensemble de modules complémentaires installés sur le système d’exploitation.

Base de données: Une base de données est une collection de données reliées et stockées ensemble avec aussi peu de redondance que possible pour servir une ou plusieurs applications de façon optimale.

Quel que soit le type de S.G.B.D, celui-ci permet de gérer les informations, les relations entre elles, de contrôler l’intégrité des données par rapport aux règles de gestion décrites lors de la phase d’analyse.

SGF: Un Système de Gestion de Fichiers, est un utilitaire fourni par le système d’exploitation de la machine. Il a pour principal rôle de gérer les fichiers et d’offrir les primitives pour manipuler ces fichiers.

Il en existe trois types : l’accès séquentiel, l’accès direct (c’est à dire accès par le n° d’enregistrement), et l’accès séquentiel indexé (par la clé).

Schéma du séquentiel indexé:

L’un des champs de l’enregistrement représente la clé primaire.

Le fichier d’index contient la liste des clés triée et pour lesquelles un pointeur vers l’enregistrement correspondant dans le fichier de données est associé.

En général, un S.G.B.D. repose sur un SGF séquentiel indexé. La façon dont il l’utilise pour gérer les données est transparente pour l’utilisateur.

Rôles d’un S.G.B.D:

Langage de Description de Données:

Tout S.G.B.D propose un langage de description des données. Ce langage permet de décrire les données (Type, Longueur, Nature, etc.), les relations entre les données, les règles de gestion, les domaines de valeur, etc…

Langage de Manipulation de Données:

Le langage de Manipulation des Données sert à exécuter les opérations d’ajout, suppression, modification des données. Il permet également l’interrogation des données.

Ce langage peut-être interactif, mais ce n’est pas le cas de tous les S.G.B.D. Au minimum le S.G.B.D doit offrir une interface avec un ou plusieurs langages de programmation.

Gestion du stockage:

La façon dont le S.G.B.D organise les données en fichiers est transparente pour l’utilisateur.

Il offre une vue logique des données.

Par ailleurs, avec un S.G.B.D les données sont indépendantes des programmes. C’est à dire que les données sont décrites à l’extérieur des programmes et qu’on peut donc modifier leur description sans forcément refaire les programmes. Et par ailleurs on peut connaître leur structure sans regarder les programmes qui les utilisent.

Partage des données:

Dans un contexte multitâches et multiutilisateurs, c’est le système qui gère le partage des données entre les différents utilisateurs.

C’est lui qui en s’appuyant en général sur le système d’exploitation évite les situations de conflit et les situations de blocage aussi connues sous le terme d’étreintes fatales.

Pour éviter ce problème les systèmes de S.G.B.D utilisent le verrouillage des enregistrements.

Une bonne gestion des accès concurrents impose le mécanisme de verrouillage.

Le verrou (lock) empêche la possibilité de mise à jour simultanée d ’une information par deux utilisateurs en même temps.

Un lock permet d’interdire l’accès, pour une personne, à une information si une autre personne à l’exclusivité (jusqu’à la fin de la transaction).

Il existe plusieurs types de verrous: Exclusive Locks, Share Lock, …

Le verrou est supprimé dés la finalisation transactionnelle effectuée par l’utilisateur :

  • Commit : Validation de l’ensemble des modifications effectuées depuis la dernière transaction
  • Rollback : Annulation de l’ensemble des modifications effectuées depuis la dernière transaction

La confidentialité :

Les S.G.B.D. assurent la confidentialité des données.

C’est à dire qu’ils permettent de définir des utilisateurs avec des droits précis pour les accès aux données : droit de lecture, modification, ajout, suppression et également droit ou non à la description des données.

Un utilisateur particulier a tous les droits : le Data Base Administrator (DBA), autrement nommé Administrateur de Bases de Données. Lui seul, ou une personne ayant acquis des droits analogues aura le droit de définir et modifier les droits.

Suivant les organisations il n’y aura peut-être que lui qui sera habilité à définir et à modifier la description des données (type, nom, relation, etc…)

La sécurité:

Le S.G.B.D. assure la sécurité des données, à savoir qu’il doit veiller à ce que les données restent cohérentes. Par exemple il doit faire en sorte qu’une commande ne puisse pas être créée tant que toutes les lignes de commande ne sont pas créées, ou qu’un client ne soit pas supprimé sans avoir supprimé toutes les commandes attachées à ce client.

Transaction: Création de commande, suppression de commande, …

La sauvegarde et la restauration:

La sauvegarde et la restauration sont deux outils du S.G.B.D permettant de mémoriser puis de retrouver une base de données dans un état cohérent.

Le contrôle d’intégrité:

La plupart des S.G.B.D offrent la possibilité de décrire les règles de gestion du système d’information de l’entreprise. Par exemple, si un client n’existe pas, on ne peut pas lui associer de facture.

Une fois toutes les règles décrites, le S.G.B.D vérifie que les mises à jour effectuées sur les données respectent ces règles. Ainsi, il refusera la création de la facture tant que le client ne sera pas créé.

Les principaux types de SGBD:

Il existe plusieurs types de SGBD:

  • Le modèle hiérarchique
  • Le modèle réseau
  • Le modèle objet
  • Le modèle relationnel

Vocabulaire du modèle relationnel:

table ou relation : ensemble d’enregistrements correspondant à une description précise (liste des attributs, clé primaire, etc.).

attribut ou colonne : un élément de l’enregistrement qui possède un type et une longueur.

tuple ou enregistrement : un élément d’une table correspondant à un ensemble de valeur d’attributs.

clé primaire : attribut choisi dans la description de la table comme étant celui dont la valeur identifie de manière unique chaque tuple de la relation.

clé étrangère : attribut d’une relation dont la valeur est la clé primaire d’une autre relation (ex : le n° de client dans la table commande).


Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More