Getsuyodev, Programming is mainly used when constructing an application. Programming requires knowledge of application domains, algorithms, and programming language expertise. Programming can be developed in different logic based on developer knowledge.

SGBD – SQL – LMD – Opérations de base

Système de gestion de base de données



Introduction:

L’objectif de ce chapitre est de présenter le sous ensemble du langage SQL utilisé pour manipuler des données au sein d’un système de gestion de base de données relationnel (SGBDR).

On utilisera le terme de Langage de Manipulation de Données (LMD) pour qualifier ce sous-ensemble (DML: Data Management Language).

Historique:

S.Q.L. est un langage structuré qui permet de:

  • Créer la structure d’une base de données relationnelle (base, tables, …)
  • Interroger et de modifier les données contenues dans ce type de base de données.
  • S.Q.L. signifie Structured Query Language.
  • Il est issu de SEQUEL : Structured English Query Language.
  • C’est le premier langage pour les S.G.B.D. Relationnels.
  • Il a été développé par IBM en 1970 pour système R, son 1er SGBDR.
  •  S.Q.L. a été reconnu par l’ANSI (Association de Normalisation des Systèmes d’Information) puis s’est imposé comme norme.
  • Il n’existe pas de S.G.B.D. Relationnel sans S.Q.L.

Définition:

S.Q.L. est un langage relationnel qui permet d’effectuer les tâches suivantes :

  • Définition et modification de la structure de la base de données
  • Interrogation et modification non procédurale (c’est à dire interactive)  de la base de données
  • Contrôle de sécurité et d’intégrité de la base
  • Sauvegarde et restauration des bases
  • S.Q.L peut aussi être intégré dans un langage de programmation pour le développement d’applications.
  • S.Q.L est un standard qui permet d’assurer une portabilité importante des bases de données relationnelles.

Opération de sélection:

  • L’instruction SELECT permet d’extraire des données et de les présenter triées et/ou regroupées suivant certains critères.
  • Les enregistrements doivent vérifier certains critères exprimés dans des expressions conditionnelles.

Syntaxe de l’instruction SELECT présentant les différentes clauses utilisables dans les sélections. Certaines clauses sont facultatives, mais il est important de respecter l’ordre d’apparition des clauses dans la requête.

Requêtes de type détail sur une seule table:

Utilisation du mot clé DISTINCT:

  • Le résultat d’un SELECT étant un ensemble, il peut y avoir des doublons.
  • Le mot clé DISTINCT permet de préciser que l’on ne veut qu’un seul exemplaire des lignes retenues dans la sélection.

Fonctions de groupe:

  • Les fonctions récapitulatives à la liste des attributs sélectionnés:
  • SUM  somme des valeurs de l’attribut
  • MIN  minimum des valeurs de l’attribut
  • MAX  maximum des valeurs de l’attribut
  • AVG  moyenne des valeurs ü COUNT  nombre d’enregistrements sélectionnés

Les clauses spécifiques à la construction des requêtes récapitulatives:

  • GROUP BY  permet d’exprimer sur quels attributs sont agrégés les   données.
  • HAVING   permet de définir une condition sur des valeurs de   regroupement.

Nombre d’avions dans la table AVION

Nombre d’avions par marque dans la table AVION

Nombre d’avions par marque dans la table AVION

Nombre d’avions par marque dans la table AVION: On peut aussi ne pas vouloir conserver dans notre résultat les marques dont  le nombre d’avions est inférieur à 3. Pour cela on introduit une clause HAVING pour exprimer une condition sur une opération de regroupement.

Attention à ne pas confondre la clause HAVING et la clause WHERE qui filtre les lignes retenues pour les calculs:

Capacités minimum et  maximum de Boeing:

Les opérateurs:

Un opérateur est un symbole spécifiant une action exécutée sur une ou plusieurs expressions. Nous trouvons en SQL, différentes catégories d’opérateurs:

  • Opérateurs arithmétiques
  • Opérateurs de comparaison
  • Opérateurs logiques
  • Opérateur de traitement de chaînes

Les opérateurs: Arithmétiques

Utilisables sur toute expression de 2 valeurs numériques et sur les valeurs de type DateTime ou SmallDateTime (+ et – uniquement):

Total du CA Net généré par commande :

Les opérateurs: Logiques

Les opérateurs logiques testent la valeur logique d’une condition. Les opérateurs logiques, comme les opérateurs de comparaison, retournent un type de données booléen de valeur TRUE ou FALSE.

Liste des vols au départ de Toulouse et a destination de Paris entre 12 et 15 heures:

  • Syntaxe de l’opérateur BETWEEN:
    • BETWEEN valeur de début  valeur de fin.
  • Les bornes sont retenues dans la sélection.
  • Syntaxe de l’opérateur LIKE:
  • L’opérateur LIKE est extrêmement puissant pour réaliser des recherches sur des chaînes avec des valeurs approximatives.

Eléments de dialectes

SQL est une norme. Mais comme toute norme, elle n’est pas toujours strictement respectée. La syntaxe des différents SGBDR s’éloigne parfois de cette dernière ou apporte des fonctions non implémentées dans la norme.

Le tableau accompagnant ce document vous permettra d’avoir quelques informations sur l’existence ou non de différentes fonctions par type de SGBDR.

Légende :

  • O : Oui
  • N : Non
  • X : Existe mais syntaxe hors norme
  • ! : Même nom mais fonction différente

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More